Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 13:21
Le sireum est un sport traditionnel Coréen. 
Le
sireum est un de nos sports nationaux. Il symbolise l'esprit national des coréens. Comme le sumo au Japon, ou la lutte en Europe.
Le sireum est pratiqué dans un anneau circulaire qui est de recouvert d’une épaisse couche de sable. Les deux adversaires commencent le combat en s'agenouillant sur le sable dans la position de départ « baro japki », chacun des lutteurs saisi la ceinture de son adversaire, cette ceinture s’appelle « satba », Elle est enroulée autour de la taille et de la cuisse des lutteurs. 
Ceux-ci doivent saisir, tirer, se soulever, tordre, serrer, tourner, car ils   essayent de jeter l'adversaire à terre. Si un concurrent force certaines parties du corps de l'adversaire au-dessus du genou à toucher terre, le concurrent gagne le jeu.
Les gagnants des combats de sireum reçoivent des titres tels que, Baek Du Jangsa et Halla Jangsa après avoir fini le tournois.
sireum.jpg
Photo : http://www.ssirum.or.kr
Les tournois sont divisés selon des classifications de poids. Les classes de poids permettent aux lutteurs de se battre contre des adversaires qui ont approximativement le même poids. Il y a deux classes de poids : Baekdu : poids de plus de 100,5 kg et Hanra : poids compris entre 90,1kg et 100,5kg. Les grands champions sont désignés comme de véritable héros de la Corée. 
Le Satba

Le Satba est fait d'une bande de tissu de coton. Différentes couleurs sont employées pour aider à identifier les lutteurs.
Ce vêtement est placé autour de la jambe droite (figure 1) et attaché avec un nœud, formant un anneau autour de la cuisse (figure 2). Le vêtement est attaché de sorte qu'une boucle puisse être faite sur le coté gauche des ceintures des lutteurs (figure 3). L'extrémité du vêtement est alors attachée à la boucle sur la cuisse (figures 4-5). Le vêtement ressemble à une ceinture munie d’une jarretière sur le lutteur.

     satba-1.JPG  
satba-2.JPGsatba-3.JPG
satba-4.JPG
satba-5.JPG








La position de départ ou  Baro Japki :

Les lutteurs s’agenouillent sur l’aire de lutte au centre du cercle. Ensuite ils saisissent la ceinture de leur adversaire. La main droite saisit la ceinture au niveau de la taille. La main gauche passe par la boucle de la ceinture à l'extérieur de la cuisse et maintient la jambe comme s’il saisissait une barre. Les têtes sont posées sur l’épaule de l’adversaire. Le pied droit est positionné vers l'avant entre les jambes de l'adversaire. Les pieds sont légèrement écartés dans alignement des épaules.


On ne connait  pas l'origine exacte du
sireum :

Les premiers textes officiels sur le
sireum peuvent être trouvés dans l'histoire de Koryosa  durant la dynastie Koryo
 (918-1392).
Selon la littérature, en mars 1330, le Roi Chung-he confiait tous les jours les affaires pratiques de l'Etat à ses conseillers, parce qu’il voulait pratiquer le sireum. Le roi était critiqué car il négligeait les coutumes royales pour pratiquer ce sport dans le palais. Néanmoins, le roi a ignoré les critiques et a continué sa pratique sportive. En définitive cet épisode suggère fortement que le sireum a été largement accepté et a eu un impact sensationnel sur le grand public.

Le
sireum n'est pas un sport qui est limité à seulement quelques athlètes mais c’est un sport folklorique indigène que n'importe qui peut pratiquer. Traditionnellement les coréens organisent des concours de sireum pendant le festival de Tano vers le cinquième jour de mai, selon le calendrier lunaire, et pendant Chu-seok, vers le 15 août, selon le calendrier lunaire. Mais, ces dernières années, les gens ont commencé à organiser des concours de sireum dans diverses régions, et en toute saison excepté en hiver. Traditionnellement, le champion de ces concours gagne un bœuf comme premier prix. Sans doute, cette tradition vient du fait que la plupart des participants de sireum étaient des paysans et que l'agriculture était l'industrie dominante.

Partager cet article

Repost 0
Article publié par : Yeong-mi et Kwang-wook - dans Patrimoine et Traditions
commenter cet article

Commentaires

lili 29/10/2011 19:51



Bonjour Christine,


Je m'interesse à la lutte coréenne tout simplement parce que je suis allée en Corée du Sud. J'y avais vu une demonstration qui m'avait marqué mais je ne connaissait pas du tout ce genre de lutte
.



Christine 09/11/2011 04:35




Bonjour lili, je n'ai pas douté que tu étais en Corée du Sud pour trouver cette activité peu connue en France. J’espère que tu pourras continuer de trouver ce qui t'intéresse sur notre blog!



lili 16/10/2011 19:05



Super article !! en plus je cherchais des infos sur la lutte coréenne et j'ai été servie :-)



Christine. 20/10/2011 15:03


Bonjour lili, Ravie de voir que cet article te plaise! Et puis..Je suis bien curieuse de savoir s'il y a des causes spéciales pour toi pour chercher des infos sur la lutte coréenne?


Bédédazi 05/11/2007 21:37

Je connais le Sumô (Japon) mais je ne savais pas que la Corée avait un sport similaire, merci pour cet article.

Kwang-wook 14/11/2007 06:15

Le Sumô ressemble au Sireum. Mais au Sumô ou ne porte pas la Satt-ba. Au Sumô, ou pousse l'adversaire mais au Sireum ou utilire des prises. Et au Sumô, il y a des joueurs internationaux, mais au Sireum il n'existe que des joueurs Coreèns. :-)

Louise St-Pierre 02/11/2007 23:54

Une autre tradition intéressante qui nous est bien présentée. Merci et bonne continuation!  Au Québec , la lutte est davantage un "show" , une comédie, que des hommes forts ( et maintenant , quelques femmes), se livrent pour des bourses en argent , une façon de gagner sa vie.

Rodolphe Meidinger 12/04/2008 15:01





Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -